Bois-Guilbert
La Pégase… Une voiture symbolique
Patrimoine - événement
vendredi 1er mai 2009, par ATN

Le château de Bois Guilbert ouvrait ses portes aux voitures anciennes… Une initiative qui pourrait faire son chemin…
JPG - 22.4 ko
Marion Danger
Etudiante

Marion Danger, étudiante, est en 2ème année de BTS tourisme et prépare une licence professionnelle pour la protection et conservation du patrimoine. Ayant déjà effectué un stage à Bois-Guilbert, elle récidive sur un projet à caractère événementiel en y associant sa passion pour les voitures. "Amoureuse des lieux", dit-elle, "j’avais envie de créer un événement ici, pour mettre en valeur cet environnement, le lieu, mais aussi les propriétaires qui savent nous transmettre leur passion". L’idée est de faire connaître le territoire en organisant un événement. L’étudiante reconnaît que chaque rencontre lui apporte beaucoup et lui permet d’évoluer. Marion a une passion pour les voitures, c’est presque une culture familiale puisque ses parents ont souvent participé à des expositions ou défilés de voitures. "Dans la famille, tout le monde aime…en groupe d’amis, en couple… on aime tous se retrouver, participer à des manifestations et rencontrer des gens, visiter la région. C’est probablement cette passion qui m’a orienté vers des études sur le patrimoine".

"Échanges… Cela crée du lien"

Marion a donc l’idée d’organiser cet événement en utilisant ses contacts, notamment une vingtaine de personnes autour de Montville qui font partie d’un club. L’événement est libre, chacun est libre de venir et repartir comme il le souhaite. "C’est un peu la surprise, on vous accueille, les gens entrent, sortent, font une visite…". Nous avons ainsi l’idée de mouvement. Elisabeth, qui est venue exposer sa Porsche, reconnaît que cette idée lui plaît beaucoup : "Ce n’est pas statique, il y a une idée de mouvement perpétuel, sans contrainte. En tant que participants, c’est plus agréable, plus souple. Nous faisons connaissance avec d’autres personnes, il y a des échanges d’adresses, cela crée du lien. Nous, cela fait 20 ans que nous faisons cela…" Jean-Marc De Pas, maître des lieux, confirme par ses propos : "Je viens de discuter avec des jeunes, ils ont mis 4 ans pour restaurer leur voiture… et maintenant ils participent le plus possible aux manifestations, un jeune couple avec leurs deux enfants, c’est très sympathique !"

La Pégase : un symbole

Jean-Marc enchaîne et explique pourquoi cette manifestation est porteuse de sens à Bois-Guilbert : "Ces voitures sont une partie de notre patrimoine, et cela va bien avec ce lieu. Depuis 1993, date de création de l’association, nous communiquons sur l’Art, la Nature et l’Histoire." L’art, parce que Jean-Marc est sculpteur et reçoit régulièrement d’autres artistes, la nature parce qu’elle est source d’inspiration, parce que l’association des "Jardins de Bois-Guilbert" se développe en créant divers ateliers et manifestations et que le parc du château est aménagé au fur et à mesure, enfin l’histoire parce que c’est en premier lieu une histoire familiale, qui donne justement un côté sympathique et traditionnel à ce genre de manifestation. Jean-Marc poursuit : "Le thème de la voiture est en lien direct avec mon grand-père, Etienne d’Arboval, qui a inventé la Pégase en 1920, la première voiture à phares directionnels, avec un châssis entièrement en bois… il y a 4 modèles en tout dont une version décapotable". L’origine du nom elle-même est anecdotique : il ne s’agit pas d’une voiture volante, bien qu’il y ait un peu de ça : En 1909, Etienne d’Arboval et son frère Bruno cherchent à construire un planeur, et font régulièrement des essais pour faire décoller l’avion dans les plaines en face du château -l’endroit où est faite actuellement chaque année la mise à l’herbe des chevaux- parce que la pente doit permettre l’élan nécessaire au décollage. Puis la première guerre mondiale arrive, seul Etienne en revient. Etienne a donc poursuivi ses recherches jusqu’à la création de la Pégase qu’il nomme ainsi en hommage à son frère et en souvenir de leur collaboration. On comprend mieux également la forme de cette voiture et son aspect "planeur". A son tour, en hommage à ses ancêtres et par passion Jean-Marc souhaite aménager un lieu, sorte de "garage conservatoire" de l’époque d’entre-deux guerres où l’on pourrait exposer des modèles de voitures, motoculteurs, véloculteurs…parmi les divers engins agricoles que son grand-père vendait dans toute la France entre 1920 et 1939. Cela faisait environ 10 ans que la Pégase n’était pas sortie… Il se pourrait bien qu’on la redécouvre bientôt… Et si c’était un appel aux bénévoles passionnés de voitures anciennes ?


Vous pouvez également visionner le film-reportage d’Alain Resse en cliquant ici

N.B. : Cette manifestation était aussi l’occasion de découvrir les travaux des différents élèves des ateliers des Jardins de Bois-Guilbert. (Cf. Portfolio)

Crédit photos © comultipress


Design et développement du site par Comultipress